Fabien JACQUETTON Pas de commentaire

flag-2608475_1920

Dans une étude de la Commission Européenne publiée la semaine dernière, Carer+ figure parmi les 25 projets européens les plus influents en matière de nouvelles technologies et de vieillissement actif. L’analyse a porté sur différents critères, notamment l’évaluation finale de la Commission Européenne et l’impact des résultats des projets.

« C’est une très belle récompense au grand travail en équipe mené par IPERIA et ses partenaires », se réjouit Gloria Ortiz, responsable du service projets et partenariats européens à IPERIA l’Institut. Il s’agit là d’une confirmation de l’expertise de l’Institut en tant qu’acteur majeur de la professionnalisation de l’emploi à domicile non seulement en France, mais aussi dans l’Union européenne.

Carer+ est un programme en faveur de l’inclusion numérique et sociale, co-financé par l’Union Européenne dans le cadre de son Programme d’appui stratégique en matière de technologies de l’information et de la communication (TIC), qui a été piloté par IPERIA de 2012 à 2015. Réunissant 13 partenaires européens, il avait pour ambition de développer les compétences numériques des assistants de vie afin d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées. « Aujourd’hui, personne ne questionne l’importance croissante du numérique dans notre quotidien, mais ce n’était pas autant le cas en 2012, rappelle Gloria Ortiz. Proposer une formation en compétences numériques adaptée aux assistants de vie et aux différentes réalités de plusieurs pays européens s’est avéré un pari gagnant ! Carer+ a permis de constater que les assistants de vie peuvent être un véritable « chainon manquant » entre les outils numériques et les personnes âgées. »

IPERIA continue de porter des projets novateurs et ambitieux à l’échelle européenne, comme en témoigne le projet PRODOME, en cours jusqu’en octobre 2019 et consacré cette fois au métier d’employé familial, souvent méconnu et pourtant d’utilité sociale. « Nous œuvrons pour une professionnalisation effective, répondant aux besoins de nos sociétés actuelles et à venir », conclut Gloria Ortiz.