Hélène Basle Aucun commentaire

Plan Enfance Egalite IPERIADécrochage scolaire, perte de repères, surmenage des parents… la crise sanitaire fragilise les familles, accentue la fracture sociale et creuse les inégalités dès le plus jeune âge. Par ailleurs, les études internationales montrent que les écarts sont le plus souvent créés dès la petite enfance : à l’entrée en CP, il y a un écart de 1 000 mots maîtrisés entre les enfants selon leur origine sociale. Pour lutter contre ces inégalités, l’Etat vient de lancer le plan national de formation « Enfance Egalité » 2020-2022. Il vise la formation de 600 000 professionnels de la petite enfance, avec un budget total de 48 millions d’euros sur 3 ans. Mais que promet ce plan ? Quelles sont les formations éligibles ? Pour quels publics ? Comment sera-t-il mis en œuvre au sein du secteur ?

Former 600 000 professionnels de la petite enfance…

 
Annoncé par Emmanuel Macron en septembre 2018 lors de la présentation de la Stratégie nationale pour prévenir et lutter contre la pauvreté, le plan national de formation « Enfance Egalité » s’inscrit également dans la réforme de l’accueil du jeune enfant. Il s’appuie notamment sur le cadre national pour l’accueil du jeune enfant, entré en vigueur en janvier 2021. L’Etat entend ainsi donner une vision commune du développement de l’enfant aux 600 000 professionnels de la petite enfance de tous horizons.

Concrètement, il s’agit de les former aux enjeux sociaux de l’accueil des jeunes enfants et de les aider à progresser dans l’accompagnement de l’ensemble des besoins des jeunes enfants, d’ordre affectif ou social, culturel, artistique, cognitif et sensoriel. 7 priorités de formation, validées par le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA), sont clairement définies :

  • Le langage
  • Les arts et la culture
  • L’alimentation et la relation avec la nature
  • L’accueil occasionnel
  • La prévention des stéréotypes
  • L’accueil des parents
  • Le numérique

… dont 88 456 assistants maternels et gardes d’enfants

 
Fort de son expérience, IPERIA se tient en première ligne, aux côtés des OPCO (opérateurs de compétences), pour mettre en œuvre le plan national de formation « Enfance Egalité » auprès des salariés du secteur des particuliers employeurs et de l’emploi à domicile. Sa mission : promouvoir le départ en formation de 88 456 assistants maternels et gardes d’enfants, d’ici décembre 2022. Cela représente près de 15% des professionnels visés par le plan.

Une trentaine de modules, déjà présents dans l’offre prioritaire de formation des branches professionnelles des assistants maternels et des salariés du particulier employeur, ont été fléchés. En effet, la question de la compétence au service de la reconnaissance des professionnels, mais aussi de la qualité d’accueil des enfants, est au cœur des préoccupations d’IPERIA depuis plus de 25 ans. En témoigne l’offre de professionnalisation existante, avec des modules consacrés à l’accompagnement d’enfants en situation de handicap, à la communication avec la famille ou encore l’interculturalité.

Afin de favoriser les départs en formation, un vaste plan de promotion sera mis en œuvre, avec l’appui du réseau des organismes de formation labellisés : campagnes de communication auprès des assistants maternels et gardes d’enfants, mobilisation des prescripteurs et partenaires institutionnels…

Si les enjeux du plan national « Enfance Egalité » sont grands, les bénéfices le seront tout autant. A travers l’accueil et l’accompagnement des jeunes enfants d’aujourd’hui, c’est la société de demain que l’on dessine. Former et qualifier les assistants maternels et gardes d’enfants, c’est leur donner les compétences nécessaires pour accompagner ces adultes en devenir, et contribuer ainsi à l’égalité des chances. IPERIA sera présent pour relever ce défi.