Hélène Basle Pas de commentaire

Les outils numériques réinventent les modèles, les métiers et transforment la société, l’économie. C’est la transition numérique. Le secteur des particuliers employeurs et de l’emploi à domicile n’échappe pas à cette mutation, particulièrement pour le métier d’assistant de vie. A travers la professionnalisation, IPERIA s’inscrit dans cette transition numérique : étude des comportements et des usages des salariés, conception de formations et certifications adaptées, mais aussi innovation et adaptation d’outils, de dispositifs pour accompagner leur montée en compétences.

Au cœur des besoins exprimés « sur le terrain »

IPERIA a mené récemment une étude, à la fois quantitative et qualitative, auprès de 550 assistants de vie, portant sur leurs usages du numérique. Elle permet de réaliser une photographie au plus près de leurs compétences en numérique au domicile, mettant en lumière leur intérêt pour les nouvelles technologies, leur taux d’équipement, la nature de ces équipements et l’utilisation tant professionnelle que personnelle de ces outils.

Ainsi, on constate qu’ils ne sont pas éloignés de l’accès à Internet ni de son utilisation : 95% possèdent un smartphone, 85% ont Internet à leur domicile, 95% ont une boîte mail. En revanche, 59% d’entre eux rencontrent des obstacles ou des freins à l’utilisation d’Internet et des outils informatiques, et ils pensent qu’un renforcement des compétences numériques est nécessaire pour l’exercice de leur métier. Sur les sujets de formation plébiscités en lien avec cette thématique, 70% répondent « accompagner son particulier employeur dans l’usage du numérique ».

→ Les résultats de l’étude sont disponibles dans leur intégralité via une infographie et résumés dans une vidéo.

En matière de numérique, les besoins exprimés par les salariés du secteur dans leurs pratiques quotidiennes portent sur trois aspects :

  • Utilisation générale : ils souhaitent monter en compétences sur les logiciels et services (messagerie, agenda, moteurs de recherche, réseaux sociaux, visioconférence…), être plus à l’aise dans les démarches administratives (impôts, recherche d’emploi, Cesu, Pajemploi…) et la sécurité des outils (virus, spam, pop-up…).
  • Développement de leur activité : ils aspirent à valoriser leurs compétences, expériences, formations (création de CV, lettre de motivation) et professionnaliser leur recherche d’emploi par la création d’outils (carte de visite, flyer…).
  • Relation de travail avec leurs particuliers employeurs : ils veulent être capables de transmettre des informations, communiquer et accompagner leurs particuliers employeurs dans leurs usages des outils numériques.

La compréhension, source d’innovation

Désireux de toujours mieux accompagner les salariés du secteur des particuliers employeurs et de l’emploi à domicile dans leur démarche de professionnalisation, IPERIA s’est saisi de la question du numérique dès 2011. Plusieurs travaux ont ainsi été menés, avec succès, dans le cadre des projets européens Carenet et Carer+ (ce dernier projet a d’ailleurs été classé parmi les 25 projets européens les plus influents en matière de TIC et de vieillissement actif). Ils ont permis d’expérimenter la formation des assistants de vie aux usages numériques. A l’époque, l’inclusion numérique était déjà au service de l’inclusion sociale des personnes âgées, l’assistant de vie étant un acteur de transmission de la compétence.

Aujourd’hui, IPERIA intègre pleinement le numérique dans l’offre de formation qualifiante destinée aux assistants de vie mais aussi aux autres salariés du secteur, avec actuellement cinq modules en lien avec cette thématique. Il est prévu d’aller plus loin dans les prochaines certifications avec un renforcement de certaines compétences, comme l’annonce Michel Fourmeaux, directeur du pôle certification des compétences :  « Dans les prochains référentiels, le numérique sera abordé comme un outil d’activité ludique avec les personnes accompagnées, la domotique sera traitée dans le parcours de formation d’un bloc de compétences et intégrée au fil des référentiels dans le cadre des actes quotidiens. »

En matière d’outils, IPERIA innove aussi. Deux exemples :

  • La conception d’un outil d’aide à la création de CV, qui guide les internautes – salariés du secteur et demandeurs d’emploi – pas à pas et leur offre une mise en visibilité professionnelle de leurs compétences. Il connaît un beau succès avec plus de 2 000 CV en ligne.
  • L’évolution des relais assistants de vie, qui constituent déjà un programme de professionnalisation innovant (cycle de 5 séances de 3 heures chacune), soutenu par la CNSA, basé sur l’échange de pratiques professionnelles entre pairs, sous la conduite d’un animateur. Ce lieu de rencontre « sur-mesure » permet aux assistants de vie de prendre conscience du caractère professionnel de leur activité pour éventuellement engager une démarche de VAE, d’ouvrir la voie vers d’autres programmes de formation et de se constituer un réseau professionnel. Depuis 2 ans, IPERIA met en œuvre les actions pour pérenniser, déployer et étoffer les relais, définies dans le cadre d’une nouvelle convention de partenariat 2018-2020 avec la CNSA, parmi lesquelles :
    • Une application mobile « RAVie » (printemps 2020) : elle permettra aux participants des relais assistants de vie de poursuivre l’expérience « hors les murs ». Au-delà du lien social, cette application a vocation à résoudre l’une des problématiques rencontrées par ces professionnels, à savoir l’isolement.
    • L’expérimentation d’un relais numérique (fin 2020) : « Nous créons actuellement les ressources numériques qui seront mises à disposition des assistants de vie et de l’animateur, ce qui constitue le préalable à la construction d’un relais numérique », explique Sandrine Leroyer, chargé de projet innovation sociale à IPERIA. L’implémentation des usages numériques au sein des relais sera testée de mai à juillet 2020 au sein de quatre lieux ressources pilotes lancés au dernier trimestre 2019 dans les Hautes-Alpes, en Corrèze, dans la Loire et en Seine-Maritime. Ces lieux ressources sont des lieux d’échange, d’écoute et d’information physiques destinés à informer et accompagner les assistants de vie, les particuliers employeurs et les aidants.

→ Les lieux ressources ? La presse en parle : https://www.lamontagne.fr/correze-19800/actualites/la-parenthese-un-nouveau-lieu-ressources-pour-echanger_13685365/

On l’a bien compris, le numérique s’inscrit de plus en plus dans les pratiques professionnelles des salariés. Et c’est une chance ! Baptiste Lenfant, directeur général d’IPERIA, en est persuadé : « La robotique et le numérique vont transformer les métiers, non pas remplacer mais remettre l’humain au centre, car être assistant de vie ne consiste pas seulement à accompagner la personne aidée dans la réalisation des actes de la vie quotidienne. Il est également acteur d’accompagnement au changement par son rôle de transmission, en matière de transition numérique ou encore d’enjeux écologiques, où la relation de confiance peut conduire à mieux appréhender de nouveaux usages et à faire évoluer certaines pratiques. » Les perspectives sont nombreuses : continuer à former aux outils numériques, puis robotiques, domotiques bien sûr, sans toutefois oublier de renforcer les compétences comportementales, essentielles de nos jours. La modification des métiers et l’aspect humain représentent des atouts pour attirer de nouveaux publics comme les jeunes et les hommes dans ces métiers d’avenir.

Pour aller plus loin : 

Nadège Turco, directrice du pôle développement d’IPERIA, est intervenue lors de la conférence inaugurale « Numérique et domicile : retour d’expérience et prospective » du Salon des services à la personne et de l’emploi à domicile 2019.

→ Une intervention à découvrir ou réécouter en podcast (00:50:25).